samedi 25 février 2017

Quelle est la plus grande faiblesse des associations en Haiti ?

Pendant longtemps, je me suis investi dans la formation des jeunes et des associations en Haïti avant de soumettre à la nation haïtienne le Group Katapausis qui, dans moins de deux ans, a su donner l’exemple d’une association de grand calibre et qui dégage une philosophie et une vision Claire au profit de la jeunesse haïtienne.

Le plus grand problème que je découvre dans les associations haïtiennes est l’absence d’une vision claire. Le pire c’est que les leaders de ces entités sociales ne savent pas faire la différence entre vision, philosophie, mission et objectif.

Je me souviens d’une conversation que je tenais avec un responsable d’une fondation qui voulut un partenariat avec le Group Katapausis ; je lui ai demandé quelle était sa vision afin de voir comment orienter un tel partenariat, et il a pris plus de cinq minutes à me narrer des choses qui n’avaient rien à voir avec une vision. J’ai malheureusement compris que cet homme, dont la fondation existe depuis plus de cinq ans, qui se vante souvent de ses études universitaires, ne comprend pas la différence qui existe entre vision, philosophie, mission et objectif.

La première façon de découvrir une association fonctionnant sans vision c’est l’envie de cette dernière d’intervenir dans tous les domaines. Elles veulent tout faire, tandis que les ressources sont naturellement insuffisantes. Souvent elles voudraient, probablement sans s’en rendre compte, suppléer à l’Etat.

La deuxième façon de découvrir une association fonctionnant sans vision c’est la difficulté pour ses membres d’expliquer en une phrase intelligible le travail de leur association. Les associations sans vision ont souvent beaucoup de membres, et leurs activités réussissent souvent sur le plan numérique, sur le plan de la quantité, mais au niveau de la qualité, zéro. Même dans les rapports de ces associations, vous pouvez remarquer l’incohérence entre les livrables et les objectifs.


On pourrait avoir des tonnes d’associations ou d’entreprises pareilles dans le pays, on ne déplacera pas d’un mètre vers le progrès. De préférence, leur présence traduit la faiblesse de la jeunesse et le besoin des jeunes d’une meilleure orientation.

Quant au Katapausis, nous nous engageons à travailler à l’émergence d’une société où chaque jeune pourra se prendre en charge, jouir de sa liberté financière et se montrer utile à la communauté.

Vous aimeriez apprendre comment faire sérieusement ? Nous pouvons vous aider. Prière de nous contacter le plus vite que possible. 

Josué PIERRE-PAUL