Madan Papa prouve qu'il faudrait amender le mouvement des droits des femmes

Le Group Katapausis constate avec peine la situation déplorable des femmes et des jeunes filles en Haïti à quelques heures de la journée international des femmes, le 8 mars 2017.

Des jeunes femmes se prostituent pour pouvoir trouver de l’argent pour payer le loyer, payer l’écolage, pour garder un emploi, ou trouver le pain quotidien. Dans certaines familles, la prostitution devient la règle. Un nombre très important de jeunes filles arrivent à s’habiller, à avoir un toit, ou à aller à l’école grâce à la prostitution.

Des femmes, ayant entendu dire, soit à des rencontres soit dans les medias, qu’elles ont des droits comme les hommes et qu’elles peuvent disposer librement de leurs corps, rejettent toutes les notions d’éthique et s’adonnent même au lesbianisme, ou à faire de la pornographie d’une manière ou d’une autre avec fierté.

Le phénomène Madan Papa vient prouver l’échec du féminisme ou la nécessité pour ce mouvement d’aborder la situation des femmes sur un angle plus pragmatique. On entend par Madan Papa une jeune fille qui a des rapports amoureux et sexuels avec un homme qui pourrait être son père.

Néanmoins, le Katapausis salue les efforts consentis par des organisations féminines ou féministes pour le respect des droits des femmes. Des lois ont été votées, et des abus sanctionnés légalement. Des hommes violents pensent deux fois avant de frapper une femme. Dans la culture haïtienne, il est malséant de frapper une femme.

Mais la situation morale, sociale et économique de la majorité des femmes ne s’est pas améliorée, et on a même l’impression que ce mouvement permet aux hommes de mieux profiter des femmes. En ce sens, le Group Katapausis pense qu’on ne peut pas réussir à faire la promotion des droits des femmes seulement avec des mots ; il faut de l’action concrète.

Nous lançons un appel aux associations, en particulier celles qui se réclament du féminisme, à contribuer à l’émancipation des femmes, non seulement avec des mots par ci par là, mais avec des opportunités sociales et économiques.