samedi 16 juin 2018

Entrepreneurs sans entreprise, le nouveau fléau qui étouffe le pays

Deux membres Katapausis
Des entrepreneurs internationaux et des personnes avisées ont critiqué cette méthode rétrogrande. "Comment une personne peut se prétendre être entrepreneur sans entreprise ? Un américain peut-il être américain sans les Etats-Unis d'Amérique ? Un Haïtien sans Haïti ?", se sont-ils demandé. 

C'est ce qui donne un sens original au travail de la Fondation Katapausis : on ne forme pas des chômeurs qualifiés. C'est l'une des très rares institutions du pays qui, après avoir formé des jeunes, leur donne l'opportunité de mettre en valeur les connaissances acquises et de monter sur place leurs entreprises, à travers le programme de formation économique.  

Depuis plusieurs années, nombreuses entités organisent des séances de foemation sur l'entrepreneuriat à travers le pays. Elles sont déterminées à faire des jeunes des entrepreneurs. Mais la situation n'a pas changé, car ce sont des entrepreneurs sans entreprise ou des pacotilleurs en grande majorité. 

Haïti a connu a le taux le plus élevé de chômage dans toute la région. C'est l'un des pays les plus pauvres, où les citoyens sont plus malheureux, selon les rapports internationaux. 

Pourtant les connaissances et les compétences ne manquent pas.  Mais le hic, c'est que l'on forme des secrétaires, des administrateurs, des journalistes, des ingénieurs, etc qui, pour la plupart, voient chaque jour leur chance réduite de ne pas travailler. Et aujourd'hui, on forme des entrepreneurs sans entreprise ou des entrepreneurs semblables aux petits marchands au bord des rues. 

Au lieu de former des entrepreneurs intelligents et capables de produire des résultats concrets, on forme un troupeau de personnes frustrées, angoissées, qui viennent augmenter le nombre de dangers sociaux dans le pays, qui vont détester davantage leur pays. 

Bravo à Katapausis qui fait la différence. 







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire