dimanche 12 mars 2017

L’égalité entre femme et homme n’est pas pour demain. Savez-vous pourquoi ?

Le dimanche 11 mars dernier, au local de l’Apielo, la ravissante Elianne Georgette Louis, grande alliée du Group Katapausis, a présenté un sujet qui a fait couler beaucoup de salives pendant plus de deux heures : Est-ce que homme et femme seront vraiment égaux ?

Les réponses étaient partagées : D’abord, il a été reconnu que les femmes ne seront jamais égales aux hommes parce que les premières ne développent pas la confiance en soi, et se croient inférieures aux hommes.

Certains s’appuient sur la Bible pour démontrer l’infériorité de la femme par rapport à l’homme est tout à fait normale. D’autres considèrent l’aspect physique (l’homme est naturellement plus fort que la femme) pour démontrer que naturellement l’homme sera toujours supérieur à la femme.

D’autres participants optaient pour la notion d’équité au lieu d’égalité : On donnerait à chaque genre ce dont il aurait besoin pour son épanouissement, bien qu’ils soient inégaux.

Mais il a fallu l’intervention du Président du Group Katapausis, Josué Pierre-Paul, qui, en 2005, animait une émission sur les droits des femmes, pour faire la part des choses. Selon l’entrepreneur, contrairement aux inégalités naturelles, les inégalités sociales dépendent des cultures sociales et font toujours mal :

Naturellement, une personne peut être plus haute qu’une autre, par exemple, cela ne nuit pas ; mais quand la société va prioriser les personnes de hautes tailles dans un domaine donné, cela va faire toujours mal. En ce sens, Pierre-Paul encourage les jeunes à comprendre que l’homme et la femme sont appelés, non comme supérieur et inférieur, mais comme des êtres égaux qui s’entraident pour une meilleure société.

Ce débat nous a permis de comprendre que beaucoup d’argent est dépensé dans le vie au nom des droits des femmes. Le message n’est pas compris et ce sont des petits groupes qui s’en enrichissent. C’est la raison pour laquelle le Katapausis, ayant des bases pragmatiques, dit que les droits [des femmes en particulier] devraient s’appuyer sur les opportunités sociales et économiques pour êtres réels.

Josué Pierre-Paul félicite Georgette pour ce beau sujet qui s’est montré révélateur.