mercredi 20 septembre 2017

La Fondation condamne les scènes de violence autour du budget de la République

Dans le cadre de notre souci citoyen, nous tenons à exprimer notre inquiétude autour de la triste réalité que provoque le budget présenté par l’exécutif au parlement haïtien. Depuis sa présentation, les voix ne cessent de se faire entendre de toutes parts, surtout par des personnes de référence dans le domaine financier du pays. En dépit de toutes les inquiétudes tournant autour de ce budget, ce dernier a été voté par les deux chambres du parlement.

L’histoire des 10 000 gourdes de taxe forfaitaire et la montée des frais de services publics nous ont convaincu de prendre une position publique, comme c’est dans le cadre de notre priorité statutaire de prendre la parole au nom de l’Evangile de Dieu. Nous avons indiqué que, dans notre note datée du 25 août dernier, c’est une erreur que nos dirigeants avaient fait et auraient dû corriger. Pour lire la note du 25 août 2017 sur le budget de la République, cliquez ici.

Au nom de l’Evangile de Dieu que nous représentons par la grâce de Christ, nous condamnons le comportement de nos dirigeants qui n’ont pas su entendre les cris et ont fait montre de peu de souci de la réalité sociale et économique de la grande majorité de la population : Plus de 75% en chômage, plus de 60% d’analphabètes, etc. Nous condamnons aussi la réaction de l’opposition haïtienne dont les manifestations sont marquées par des actes de violence indicibles.


Dans notre vision stratégique, Katapausis reconnait que ce genre de situation constitue un obstacle vif à son travail. Dans un contexte marqué par la violence sur la voie publique et la peur, nous ne serons pas en mesure de nous réaliser. Et surtout nous n’avons pas assez de moyen et qu’il nous faut travailler dur pour contribuer à l’amélioration de vie des jeunes et des familles en Haïti.

Nous lançons aux protagonistes  un appel de cœur et conforme à la volonté de Dieu, afin qu’ils puissent trouver un terrain d’entente et que des éléments de solution soient trouvés au profit de la population. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire